fbpx

Téléchargez gratuitement les fiches Bristol du frontalier qui a tout compris !

Quelle retraite française pour les frontaliers suisses en 2024 ?

Réforme retraite conséquence pour le frontalier

La France et la Suisse n’ont pas le même protocole en termes de retraites, et les réformes récentes dans les deux pays peuvent rendre les informations plus floues pour le frontalier qui cotise en Suisse mais qui a également cotisé en France. Alors, quelle retraite pour les frontaliers suisses en 2024 ? Mon Courtier Frontalier fait le point.

 

Comment se passe la retraite française du frontalier suisse ?

 

Principe de la retraite du frontalier

 

En tant que futur retraité frontalier, vous avez probablement travaillé en France avant ou après avoir travaillé en Suisse. Soyez rassuré : vos cotisations pour votre retraite, qu’elles soient françaises ou suisses, seront bien validées des deux côtés. 

 

Pour faire valoir vos cotisations et en bénéficier une fois à la retraite, vous devez ouvrir votre pension de retraite française auprès de la CARSAT (à condition d’avoir cotisé au moins un trimestre au Régime général des salariés). Cette Caisse d’Assurance Retraite et de la Santé au Travail dépend de votre lieu d’habitation et sera à même de traiter votre demande de retraite française et suisse (grâce à la signature des accords bilatéraux).   

 

Vous devrez cependant penser, en parallèle, à prévenir votre caisse AVS (1er pilier) et LPP (2e pilier) pour lancer la procédure de demande de votre retraite. La CARSAT vous remettra un formulaire (E202) qu’il vous faudra adresser aux administrations suisses. 

 

Pour rappel : 

  • l’AVS se calcule grâce aux nombres d’années de cotisations perçues pendant votre carrière + les bonifications liées à l’éducation des enfants ;
  • la LPP permet de percevoir un montant sous forme de capital (en une fois) ou en rente viagère (souvent mensuelle, mais à vie).

 

Un 3e pilier (facultatif) peut venir vous apporter un revenu supplémentaire si vous l’avez souscrit. Nous ne le répéterons jamais assez, mais encore une fois, n’oubliez pas qu’en tant que frontalier, le PER ou l’assurance vie sont plus avantageux que le 3e pilier pour compléter vos revenus une fois à la retraite.

 

Réforme en France

 

Au 1er septembre 2023, la Réforme des retraites établie par Elisabeth Borne a été appliquée à l’ensemble des salariés français. Alors que l’âge légal de départ à la retraite était fixé entre 62 et 65 ans, selon la date de naissance des salariés, la Réforme des retraites de 2023 pousse tous les salariés à travailler jusqu’à 67 ans pour obtenir une retraite à taux plein (comprenez une retraite sans décote), même si vous n’avez pas tous vos trimestres. 

 

Réformes en Suisse et conséquences pour le frontalier 

 

En Suisse, deux nouvelles réformes ont vu le jour en 2023 : l’AVS 21 et la LPP 21. Deux réformes qui ont des conséquences sur la retraite des frontaliers.

 

AVS 21

LPP 21

Relèvement de l’âge de référence pour les femmes, avec un lissage sur l’âge de la retraite chez les hommes soit 65 ans pour les deux sexes Impôt sur les prélèvements sociaux en cas de retrait anticipé du 2e pilier
Choix d’une assurance maladie entre la LAMal et la CMU frontalier dans les 3 mois suivant la fin de votre allocation chômage ou de votre rente de mono pensionné, au risque d’être assuré à LAMal par défaut

 

Quel est l’âge du départ à la retraite en France ?

 

Année de naissance Âge légal de départ à la retraite Âge de la retraite sans décote
Avant réforme Après réforme 67 ans
1960 62 ans 62 ans
Janvier à août 1961 62 ans
Septembre à décembre 1961 62 ans et 3 mois
1962 62 ans et 6 mois
1963 62 ans et 9 mois
1964 63 ans
1965 63 ans et 3 mois
1966 63 ans et 6 mois
1967 63 ans et 9 mois
1968 et après 64 ans

 

À noter qu’en Suisse, depuis la Réforme AVS 21, l’âge de départ à la retraite est fixé à 65 ans pour les hommes, mais aussi pour les femmes (autrefois fixé à 64 ans). 

 

Quel est le calcul de la retraite en France du frontalier suisse ?

 

Données prises en compte en France

Pour calculer la retraite française, plusieurs données doivent être prises en compte : 

  • la durée d’assurance qui dépend de vos différents revenus d’activités et qui permet d’établir le nombre de trimestres que vous avez effectué, ainsi que le taux de calcul de votre retraite ;
  • le taux de calcul de votre retraite donc ;
  • votre RAM (Revenu Annuel Moyen), soit la moyenne de vos 25 meilleures années de travail en termes de revenus. 

 

En tant que frontalier ayant travaillé en Suisse et en France, la moyenne des 25 meilleures années (au maximum) est réduite au prorata de la durée d’assurance dans les 2 pays (voir exemple plus loin dans cet article).

 

 

Par ailleurs, sachez que  : 

  • le taux de calcul de votre retraite est à hauteur de 50 % maximum ;
  • si vous avez travaillé moins de 25 ans au total, la moyenne est réalisée sur tous les revenus annuels au compte.

 

Le calcul et le montant de la retraite suisse

 

Du côté suisse, la retraite est affiliée obligatoirement au 1er pilier, soit l’AVS (Assurance Vieillesse et Survivants). La base de calcul du montant de la retraite suisse varie selon le nombre d’années de cotisations, et des bonifications perçues pour l’éducation des enfants. 

 

Exemple de calcul de la retraite du frontalier

 

Si vous avez cotisé 110 trimestres au régime général français et 80 trimestres en Suisse en tant que frontaliers, vous avez donc accumulé 190 trimestres au total. 

Pour faire la moyenne des 25 meilleures années (réduites au prorata donc, comme indiqué plus haut), il faut réaliser le calcul suivant : 

 

25 x 100 ÷ 190 = 13,15 (ramenés à 13)

Ainsi, votre revenu annuel moyen (RAM) en tant que retraité frontalier sera calculé selon vos 13 meilleures années. 

 

Une fois cette donnée établie, le montant annuel de votre retraite française sera défini par : 

 

RAM (ici 13) x taux (%) x trimestres validés au régime général 

 

Comment optimiser sa retraite de frontalier ?

Les années de cotisations en Suisse ne permettent pas d’obtenir une retraite française complète. C’est pourquoi il est essentiel d’optimiser sa retraite. Pour cela, vous devez faire de bons placements. Mon Courtier Frontalier vous aiguille. 

 

L’assurance vie 

Premier produit idéal pour optimiser sa retraite frontalier : l’assurance vie. Investissement à moyen ou long terme (celui-ci étant conseillé sur au moins 8 ans pour bénéficier d’une bonne fiscalité), l’assurance vie est un placement flexible. Elle vous offre la possibilité de vous constituer un capital pour compléter votre retraite frontalier tout en vous offrant quelques allégements fiscaux non négligeables. Aussi, à la différence du PER, vous pouvez disposer d’une partie ou de la totalité de votre épargne pour certains projets de vie avant votre départ à la retraite.

 

Le PER 

Le Plan Épargne Retraite (PER) est accessible à tous, quels que soient votre âge et votre situation professionnelle et/ou personnelle (retraité, salarié, demandeur d’emploi, freelance). Grâce au PER, vous versez ce que vous souhaitez : en effet, les versements sont libres en termes de montant, mais aussi de régularité. Vous épargnez ainsi à votre rythme et débloquez votre épargne une fois l’âge de la retraite arrivé. 

 

La retraite française du frontalier suisse présente donc deux volets : les cotisations que vous avez cumulées lors de votre activité lucrative en France et les avoirs des différents piliers suisses épargnés pendant votre carrière en Suisse. Le calcul de votre retraite peut donc être délicat. N’hésitez pas à vous faire accompagner par MCF pour tout savoir de votre retraite frontalier et optimiser dès à présent votre capital retraite.

Je souhaite partager l'article sur

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
Email
WhatsApp
À lire

D'autres articles susceptibles de vous intéresser