fbpx

Téléchargez gratuitement les fiches Bristol du frontalier qui a tout compris !

Faire un bilan retraite quand on est frontalier suisse : une étape décisive

Simulation retraite frontalier suisse

L’heure de la retraite peut sembler très lointaine pour certains d’entre vous, si bien que vous n’y prêtez que peu d’attention. Pourtant, en tant que frontalier suisse, les diverses démarches relatives à la fin de votre carrière sont plus complexes que celles des travailleurs classiques. Vous dépendez de deux systèmes de retraite différents que vous devez comprendre et prendre en compte. De plus, une grande incertitude plane sur les montants qui vous seront accordés sur vos futures pensions.
Pour éviter les mauvaises surprises, Mon Courtier Frontalier vous explique ce qu’il y a à savoir et vous accompagne pour effectuer une simulation de retraite frontalier suisse.

 

Imposition de la retraite frontalier suisse : à quoi s’attendre

 

Le système des retraites en France

 

À l’inverse des États-Unis qui fonctionnent par capitalisation, le système des retraites français suit une logique de répartition. Cela implique une solidarité entre les retraités et les actifs : ceux qui cotisent aujourd’hui financent les pensions actuelles. En d’autres termes, les sommes que vous percevrez une fois votre carrière terminée seront financées par la génération active de vos enfants et petits-enfants.

L’avantage principal d’un tel système est de protéger les futurs retraités contre les fluctuations du marché. L’inconvénient est qu’il est très exigeant : une croissance forte, une productivité plus élevée ou une hausse du nombre de travailleurs est nécessaire à sa pérennité. Malheureusement, ce n’est pas la situation que nous vivons actuellement, ce qui laisse présager que le montant des retraites devrait baisser ou que les durées de cotisations risquent d’augmenter.

En effet, en France, les discussions vont bon train autour de la réforme des retraites. Le Président Emmanuel Macron et sa Première ministre envisagent une entrée en vigueur à l’été 2023. Dans ce débat ouvert avec les partenaires sociaux, il est notamment question du passage de l’âge légal à 65 ans contre 62 ans aujourd’hui. De son côté, la Suisse a récemment voté et validé l’augmentation de trimestres cotisés en passant l’âge légal pour les femmes à 65 ans contre 64 ans jusqu’alors. Force est de constater que d’un côté ou de l’autre de la frontière, le nombre de retraités et la population vieillissante en croissance obligent les pays à prendre de nouvelles mesures, sous peine de ne pas pouvoir assumer les retraites de demain.

 

Le système de retraite suisse

 

En tant que frontalier suisse, vous avez besoin de savoir à quelles seront vos prétentions de pension en ayant fait une partie de votre carrière en Confédération Helvétique. Le système du pays se compose de trois paliers dont deux sont obligatoires :

  • Le premier pilier est l’assurance vieillesse et survivant (AVS). Vous cotisez en étant salarié en Suisse pour obtenir une rente future.
  • Le 2ème pilier, la prévoyance professionnelle, est à l’initiative de l’employeur qui souscrit un contrat à votre nom. Chaque année, vous recevez un relevé sur lequel est indiquée la somme cotisée. Les modalités pour toucher cette rente sous la forme d’un capital à la retraite tendent à se complexifier.
  • Le 3ème pilier correspond à la prévoyance privée. Il est facultatif et a pour avantage d’octroyer une déduction d’impôts en Suisse des montants investis. Cependant, depuis 2021, les conditions sont de plus en plus restrictives pour les frontaliers. Seuls les frontaliers genevois ayant obtenu le statut fiscal de quasi-résident peuvent encore souscrire un 3e pilier et conservent l’avantage fiscal.

Comme pour la France, les sommes allouées grâce au premier pilier pourraient être revues à la baisse en raison de la situation économique.

 

Les spécificités à connaître pour les frontaliers

 

Votre carrière est particulière, car vous travaillez et cotisez dans deux pays différents. Il faudra déterminer une durée totale d’activité pour que chaque État puisse vous verser ce qui vous revient. Pour connaître les montants qui seront attribués à un travailleur frontalier suisse, il est nécessaire d’effectuer une simulation de retraite.

En outre, en percevant une rente suisse et une française, vous acquérez la qualité de poly-pensionné. L’une des conséquences est que vous êtes désormais redevable des contributions sociales françaises pour les deux pensions ! Effectivement, dans ce cas spécifique, vous êtes obligatoirement affilié à l’assurance maladie française.

Par contre, si vous ne touchez qu’exclusivement la retraite suisse, vous êtes en droit d’opter pour la LAMal ou la CMU dispositif frontalier. Vous n’êtes alors pas assujetti aux prélèvements sociaux en France.

 

J'ai besoin d'un bilan retraite

 

Montant d’une retraite confortable

 

Montant de la retraite en moyenne en France

 

En France, la retraite de base se calcule différemment selon que vous êtes fonctionnaire ou salarié. Celle des agents de l’État est définie à partir du salaire des six derniers mois de la carrière, tandis que celle des travailleurs du secteur privé l’est par rapport à la rémunération annuelle moyenne des 25 meilleures années.

En 2022, sur presque 17 millions de retraités, la retraite mensuelle moyenne est de 1 509 euros bruts selon l’étude publiée par le Drees (service statistique du ministère des Affaires sociales). Toutefois, ce montant est variable en fonction du régime. Pour vous donner un ordre d’idées plus précis, un salaire s’élevant à 2 000 euros accorde des droits avoisinant 1 300 euros par mois pour une retraite à taux plein. Étant donné que le revenu médian des Français se situe aux alentours de 1 800 euros, il n’est pas surprenant que seul un quart des retraités touche plus de 2 000 euros.

 

Le budget minimal à prévoir

 

Selon l’INPES (observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale), une personne seule a besoin d’un minimum de 1 150 euros par mois pour vivre décemment, c’est-à-dire se loger, se nourrir, accéder aux soin, etc.).

Pour obtenir ce chiffre, les dépenses moyennes d’alimentation, d’habillement et équipement, de transport, de santé, d’hygiène et de vie sociale ont été additionnées. Cependant, une part supplémentaire concernant le logement vient s’ajouter au calcul, mais elle ne pèse que 165 euros. Autrement dit, cette étude considère que le retraité est propriétaire. Le budget minimal à prévoir est donc plus important si vous êtes locataire.

 

Comment se construire un complément de revenus pour la retraite ?

 

Bien préparer sa retraite est l’une des priorités de tout travailleur au regard des chiffres énoncés précédemment. En effet, le système actuel de retraite risque fortement d’être insuffisant et de ne pas pouvoir absorber les pensions à venir. C’est pourquoi pour pallier ce manque, il est intéressant de se construire un complément de revenus.

Le plan d’épargne retraite individuel (PERin) est un placement disponible depuis le 1er octobre 2018 en vertu de la loi Pacte. Il existe sous trois formes. L’une d’entre elles est le PER individuel. Ce dernier a remplacé le contrat Madelin et les autres contrats « article 83 ». Vous pouvez y verser des fonds de manière libre tout en bénéficiant d’une déduction d’impôts sur vos investissements ! Par ailleurs, il est ouvert à tous et sans condition d’âge. Ce produit d’épargne est bien plus adapté aux frontaliers que ne l’était le 3e pilier, car il a l’avantage de bénéficier d’un abattement fiscal. N’oubliez pas qu’une fois à la retraite, c’est en France que vous serez imposé. Et cela, même en ce qui concerne votre rente AVS.

 

Je me renseigne sur le PERin

 

Faire une simulation de sa retraite frontalier suisse pour éviter les mauvaises surprises

 

Le risque de revenus trop maigres à la retraite

 

En tant qu’expert de la vie frontalière, Mon Courtier Frontalier vous encourage vivement à faire un bilan de retraite.

L’incertitude qui plane sur les sommes de base accordées aux retraités dans les années à venir vous oblige à bien vous préparer pendant votre période d’activité. Même à l’heure actuelle, elles sont souvent insuffisantes, et ne permettent pas de garder un confort de vie similaire à celui des années en activité. Si vous n’êtes pas encore propriétaire, la simulation de retraite est d’autant plus nécessaire, car vous risquez de voir votre niveau de vie s’amenuiser drastiquement.

 

Faire un bilan retraite pour optimiser son budget

 

Simuler sa retraite à l’aide d’un guide spécialisé est une démarche qui vous permettra d’adopter dès maintenant les bonnes pratiques. Vous allez ainsi connaître le montant des rentes à venir, mais aussi votre fiscalité selon vos pensions, votre patrimoine et vos placements. Ainsi, grâce au bilan retraite, vous pouvez prendre les bonnes décisions en vue de préparer votre retraite, mais aussi votre succession.

Il est vrai que divers placements peuvent servir à combler un manque futur : par exemple le PERin ou l’assurance vie. Ces éventualités sont à étudier avec un conseiller, afin d’en tirer le meilleur parti possible. Il vous aidera aussi à mieux comprendre les subtilités liées à votre statut.

Si vous possédez déjà de tels produits, alors la simulation de retraite frontalier suisse vous permettra d’avoir une vision plus claire de ce qu’ils vous rapporteront réellement dans quelques années. En vous projetant correctement, vous éviterez une quelconque désillusion. De plus, de meilleures options s’offrent peut-être à vous, il serait dommage de les ignorer.

Dans une Europe en crise économique, Mon Courtier Frontalier vous accompagne pour mettre en place des solutions visant à optimiser votre budget. Le bilan de retraite proposé aux frontaliers suisses vous aidera à envisager tous les scénarios possibles pour élaborer une stratégie viable, et diminuer les risques liés à la baisse de revenus.

 

Je demande un bilan retraite

Je souhaite partager l'article sur

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
Email
WhatsApp
À lire

D'autres articles susceptibles de vous intéresser