fbpx

Téléchargez gratuitement les fiches Bristol du frontalier qui a tout compris !

Comment épargner pour les études de ses enfants ?

Épargne études des enfants

Après 9 mois d’attente, votre enfant est enfin là et vous comble de bonheur ! Vous avez passé des mois à planifier son arrivée dans les moindres détails : couleur des murs de sa chambre, modèle de poussette, alimentation… Il vous tarde déjà de le voir faire ses premiers pas ou de l’entendre prononcer ses premiers mots. Très vite, il rejoindra les bancs de l’école, et en moins de temps qu’il n’en faudra pour le dire, ce petit génie vous annoncera qu’il voudra faire des études ! Alors, comment envisager sereinement l’avenir de ses enfants sans se faire de cheveux blancs ? Mon Courtier Frontalier vous aide à faire le point sur les solutions qui s’offrent à vous pour épargner pour les études de vos enfants.

 

 

 

Plan épargne étude : qui sont-ils ?

 

Solution facile d’accès, le livret d’épargne se fait la part belle dans la tirelire des ménages. Mais comment faire la différence ? Il existe aujourd’hui une telle diversité de plans d’épargne qu’il peut être difficile de faire un choix, selon leurs critères. Outre les livrets propres à chaque banque, voici une sélection des plans d’épargnes les plus populaires :

 

Le Livret A

Gelé à 0,5 % depuis 2020, son taux de rémunération annuelle a doublé le 1er février 2022 pour passer à 1 %. C’est mieux, mais ce taux reste très faible et peu rémunérateur, comme vous pouvez le constater…

Ce plan d’épargne plafonné à 22 950 €, souvent décrié, permet toutefois une liberté de placement et de retrait qui semble toujours plaire aux Français. Sa disponibilité reste illimitée, à raison d’un livret par personne, qu’elle soit majeure ou mineure.

 

Le LDDS, ou Livret de Développement Durable et Solidaire

À l’instar du Livret A, le LDDS a vu son taux de rémunération révisé à la hausse en 2022 en passant de 0,5 à 1 %. Bien que ce placement reste également exonéré d’impôts, son plafond demeure moins conséquent, car ce dernier est bloqué à 12 000 €, dans la limite de deux livrets par foyer fiscal. Là encore, ce placement ne vous permettra pas de financer la totalité des études de vos enfants, surtout si l’un d’entre eux envisage de se lancer dans un doctorat.

 

Le PEL, ou Plan Épargne Logement

Contrairement au Livret A ou au LDD, le PEL peut se voir plus contraignant, car son utilisation est fixée pour une durée de 15 ans maximum, avec un plafond ne pouvant pas dépasser 61 200 €.

Vous devrez vous acquitter d’un versement annuel d’un minimum de 540 € sur une période de 10 ans, avant capitalisation pour la durée restante de votre contrat, soit 5 ans.

De plus, le PEL n’étant pas réglementé, son taux de rendement est fixé au moment de son ouverture et sans fluctuation possible pour la durée de votre épargne. Il est actuellement de 1 %, et ne sera pas révisé avant 2023.

 

 

Épargner pour les études des enfants avec l’assurance vie

 

On pense souvent à tort que l’assurance vie est un placement qui permet uniquement le versement d’un capital à un ou plusieurs bénéficiaires lorsque survient le décès de l’assuré. Mais saviez-vous qu’il est aussi possible d’épargner pour les études de vos enfants grâce à un contrat d’assurance vie ?

 

En effet, l’assurance vie offre une souplesse de versement qu’il vous est possible de définir au préalable, ou de modifier selon vos besoins. Que ce soit par versements uniques, mensuels ou ponctuels, vous avez la main sur votre épargne. Pour gérer votre assurance vie, vous pouvez procéder de deux manières :

  • en ouvrant le contrat à votre nom, puis en désignant votre enfant comme bénéficiaire, vous pourrez effectuer des retraits le moment venu lorsque vos enfants commenceront leurs études,
  • en ouvrant directement le contrat au nom de votre enfant, il disposera du capital investi dès sa majorité.

 

Différentes formules s’offrent à vous pour définir les termes de votre contrat, selon si vous souhaitez investir en euros, pour vous assurer un capital garanti, ou en supports appelés unités de comptes. Ces derniers étant sujets aux fluctuations des marchés financiers, votre courtier se chargera d’ajuster votre contrat à votre profil et votre situation fiscale.

 

 

L’immobilier pour financer les études des enfants

 

Investir dans l’immobilier peut également se révéler comme une bonne solution pour financer les études de vos enfants. Que ce soit par l’achat direct d’un bien immobilier ou en souscrivant des parts de SCPI (Sociétés Civiles de Placement Immobilier), les revenus locatifs dégagés par ces investissements peuvent être reversés de deux façons :

  • par le biais d’une pension alimentaire versée directement à votre enfant, déductible d’impôts à hauteur de 5 947 €, à condition que votre enfant soit détaché de votre foyer fiscal,
  • par une donation temporaire d’usufruit, grâce à laquelle votre enfant percevra lui-même les sommes versées pour le financement direct des frais liés à ses études. L’avantage de cette solution sera de voir vos revenus imposables allégés le temps que durera la donation.

 

Vous venez de le voir, il existe une multitude de solutions à votre portée pour financer sereinement l’avenir et les futures études de vos enfants. Si vous hésitez encore, votre courtier est là pour vous aider à définir celle qui vous correspond le mieux !

Je souhaite partager l'article sur

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
Email
WhatsApp
À lire

D'autres articles susceptibles de vous intéresser